CS@
Station Moustérienne

Mutzig Felsbourg 24  

Géologie, Neandertal en Alsace, Station de Mutzig, Station de Nideck, Infos, Fond écran,
Homepage, Choix, Introduction, Sommaire, Film, Dna, Publications, Liens, Livre d'Or, E-mail


Les néandertaliens de Mutzig auraient donc chassé des animaux solitaires ou en petites hardes composées principalement de femelles et de jeunes, à l'arrivée de la période estivale (au moment du dégel) et durant une partie de celle-ci (couche 5 et 6). L'occupation du site, quelque soit la couche considérée, ne semble pas avoir eu lieu durant la période hivernale. Dans l'ensemble ces restes brisés d'ossements nous indiquent un climat froid continental, plus marqué que l'actuel : hiver froid avec pergélisol, été frais avec dégel de surface et marécages près de la Bruche, conditions rudes dans lesquelles évoluaient l'homme et une paléofaune adaptés au froid.
Cependant l'absence du rhinocéros, la présence de cervidés, notamment du chevreuil, tempèrent la marque rigoureuse du Pléniglaciaire würmien, ce qui situerait la présence néandertalienne à Mutzig durant la dernière glaciation (Würm), au cours du Pléniglaciaire moyen, entre 60 000 ans et 35 000 ans.Les ossements livrés par le site de Mutzig ont permis de déterminer la présence de nombreuses espèces chassées par l'homme, dont 6 espèces principales : le renne, le cheval, le mammouth, le bison, le cerf et le loup. La faune ainsi recueillie constitue, par ailleurs, un indicateur climatique hors pair : elle caractérise un climat continental, plus froid que l'actuel, où alternent des phases de gel intense, puis de dégel.

Nature pétrographique exceptionnelle des outils moustériens en région du Rhin supérieur !

L'inventaire des matières rocheuses débitées par les populations du Paléolithique moyen du sud au nord des Vosges nous amène à mettre en évidence des choix préférentiels de variétés rocheuses en fonction des secteurs géographiques considérés. L'entité culturelle mosello-rhénane méridionale des civilisations du Paléolithique moyen n'utilisant pas ou peu le silex, se trouve bornée entre des peuplements moustériens utilisant essentiellement du silex et des chailles (accidents siliceux) : à l'ouest, après le massif des Vosges le silex meusien et au sud de Belfort, le silex du Jura. Nous proposons de caractériser l'industrie sur roches magmatiques, volcanosédimentaire et cristallophyllienne des Vosges moyennes alsaciennes et de la nommer au sens pétrographique : l'industrie moustérienne du Rhin supérieur sur roches différentes du silex ou " industrie de faciès pétrographique Bruchois".

Nous y avons reconnu trois sous-faciès ou groupes à industries lithiques distinctes :

- Un faciès périphérique oriental (Vosges du sud, Vosges belfortaines et de Haute-Saône, Nord Jura : Alle Pré Monsieur, République et Canton du Jura, Suisse) à industrie " panachée " dans lequel dominent les rognons de silex et les accidents siliceux des calcaires jurassiques locaux (Dogger, Malm) et crétacés du Jura proche, chailles du Bassin tertiaire de Haute-Saône ; où les roches siliceuses " non-silex " sont culturellement connues mais ne sont exploitées qu'occasionnellement et en proportion moindre (phtanites, schistes, grauwackes, quartzites, quartz de 1% à 0,5% et moins des industries lithiques).

- Un faciès central (Vosges moyennes et alsaciennes, le long du cours de la Bruche : Mutzig Felsbourg, Nideck Kleineck, Achenheim) dans lequel nous ne trouvons pas trace de silex ou d'infimes proportions (moins de 0,5 %), mais ou les roches magmatiques volcaniques, métamorphiques et volcano-sédimentaire dominent largement (rhyolites, phtanites, grauwackes, diabases, kératophyres, quartzites, schistes siliceux, soit près de 90% des industries). Les quartzites et le quartz n'y sont que peu utilisés.

- Un faciès septentrional (Moselle luxembourgeoise, Lellig Manternach et Hunsrück) dans lequel nous ne trouvons pas de traces de silex, et où les roches métamorphiques sont exclusives ou presque (quartzites vosgiens et du type Taunus, quartz filonien laiteux, soit presque 80% des industries, schistes ardennais et cherts siliceux à hauteur de 5%). Ce faciès s'insère dans les groupes allemands du secteur du Rhin moyen, du Palatinat et de Hesse à dominante quartzite - quartz.

CS@