CS@
Station Moustérienne

Mutzig Felsbourg 20 

Géologie, Neandertal en Alsace, Station de Mutzig, Station de Nideck, Infos, Fond écran,
Homepage, Choix, Introduction, Sommaire, Film, Dna, Publications, Liens, Livre d'Or, E-mail


Chasser pour se nourrir

Dénombrement des restes d'animaux à Mutzig 1 - 1992

Deux techniques peuvent être envisagées : la prédation (avec dépeçage sur le lieu d'abattage) et le charognage, récupération de quartiers de viande sur des carcasses d'animaux morts naturellement ou par l'action d'autres prédateurs que l'Homme. Le fait que les os présents correspondent (pour ceux du cheval et du cerf ) à des quartiers riches en viande, tendent à orienter plutôt vers la première hypothèse. Le cas du mammouth est plus délicat : il se peut, en effet, que de jeunes proboscidiens se soient embourbés dans la zone marécageuse, permettant ainsi aux hommes paléolithiques de profiter de l'aubaine d'un gibier plus vulnérable.
D'après différents indices, le renne n'a pas subi le même traitement que les autres herbivores. Il a été apporté entier au campement pour y être dépouillé, dépecé, désarticulé... alors que pour le cheval, le cerf et le mammouth, seuls quelques morceaux ont été rapportés. L'étude des marques d'origine humaine (impacts de percussion et stries) observées sur les os permet même de reconstituer la technique de découpe de cet animal.
Après l'éviscération et la récupération de la peau, le renne était dépecé : séparation de la tête du tronc au niveau des premières vertèbres cervicales, et du squelette axial (la colonne vertébrale étant elle-même sectionnée en plusieurs tronçons) ; puis les membres étaient totalement ou partiellement désarticulés. Tous les os longs ont été fracturés pour récupérer la moelle. Cependant aucune preuve ne permet d'attester ici la récupération des tendons, des ligaments ou des bois pour une utilisation ultérieure.
Ainsi, les grands mammifères de Mutzig 1 - 1992 (renne, cheval, mammouth, bison) caractérisent un climat de type continental, aux saisons marquées avec alternance de gel et de dégel, plus froid que l'actuel. L'absence d'espèces comme l'antilope saïga, le glouton, l'isatis, le rhinocéros laineux et la présence du cerf, du mégacéros et surtout du chevreuil tempèrent le cachet rigoureux d'un climat périglaciaire ; ce qui conduit à positionner l'ensemble durant la dernière glaciation (Würm), au cours du Pléniglaciaire moyen, entre - 60.000 et - 30.000 ans.

On peut alors imaginer le paysage suivant : dans la grande plaine qui s'étend jusqu'au Rhin, une vaste steppe à graminées et herbacées où pâturaient des troupeaux de chevaux, de bisons, de rennes et de mammouths ; sur les flancs des falaises, une végétation éparse et rare ; aux bords de la Bruche, une zone plus humide, marécageuse durant les périodes estivales, où herbacées et arbustes permettaient aux cerfs, aux mégacéros et aux chevreuils de se nourrir.

Pyramide alimentaire au Paléolithique moyen à Mutzig-Felsbourg

Phytophages : Renne (Rangifer tarendus), Mégacéros (Megaloceros giganteus), Cerf élaphe (Cervus elaphus, Chevreuil (Capreolus capreolus), Bovinés (Bison priscus, Bos primigenius (Aurochs)), Cheval (Equus cabalus germanicus), Mammouth (Mammuthus primigenius), Lagomorphes (Lièvre, lapin).
Prédateurs : Loup (Canis lupus), Renard roux (Vulpes vulpes).
Super prédateurs : Ours des Cavernes (Ursus spelaeus), Homme de Néandertal.

 
 

CS@