CS@
Station Moustérienne

Mutzig Felsbourg 10 

Géologie, Neandertal en Alsace, Station de Mutzig, Station de Nideck, Infos, Fond écran,
Homepage, Choix, Introduction, Sommaire, Film, Dna, Publications, Liens, Livre d'Or, E-mail


L'industrie lithique de Mutzig 7 - 1994/95

Très abondant sur une profondeur d'une trentaine de centimètres, le matériel lithique a été repéré en coordonnées, ce qui a permis de réaliser la projection verticale de ce matériel sur la stratigraphie.
Le matériel lithique provenant des couches 5 et 6 a été regroupé. Les différentes observations faites au préalable ont montré qu'il n'y avait pas de différence sensible entre ces deux ensembles, excepté le fait qu'à la base du sondage, quelques éclats de débitage sont plus larges et plus épais. Si dans la stratigraphie, les couches sont matérialisées par une légère différence de sédiment, les industries qu'elles renferment sont très proches l'une de l'autre. Ce sondage Mutzig 7 a livré un matériel lithique abondant, plus de 900 pièces dont 650 relevées en coordonnées. 250 pièces, dont seule la hauteur a été relevée, proviennent du prélèvement d'une colonne stratigraphique. On relève une assez forte proportion d'éclats et d'outils à débitage Levallois. La série présente de fait de nombreuses filiations avec le matériel lithique de la couche 5 de Mutzig 1, situé à 6 mètres à l'est. Les éclats plus ou moins allongés obtenus par percussion directe au percuteur de pierre sont utilisés bruts de débitage, ce qui donne une série importante de couteaux à dos. Les denticulés et les racloirs droits sont également bien représentés et dominent numériquement l'ensemble des pièces retouchées.
Les pièces caractéristiques ou retouchées sont peu nombreuses ; au nombre de 86, elles ne représentent que 7,6% du matériel brut. Le débitage est représenté par une grande quantité d'éclats de formes et dimensions variables. Celui-ci a été réalisé sur l'habitat même. Le choix des galets a été fait sans doute en bordure de la Bruche, sur les lieux d'épandages et seuls les galets "sonnant" bien ont été ramenés sur l'aire d'habitat pour y être fractionnés et transformés en outils.

Faunes chassées à Mutzig 7 - 1994/95

La glaciation weichsélienne

Les vestiges montrent un état de conservation homogène indiquant des conditions de dépôt et une histoire taphonomique comparables. Les os répertoriés sont bien conservés et permettent d'observer des marques de décharnement ou découpe, laissées par les préhistoriques. Une intervention d'éventuels carnivores n'a pas été observée. deux restes osseux de loup ont toutefois été identifiés. S'agit il de passages après le départ des hommes ? ou proie des néandertaliens ? Tous les os longs présentent des profils de fracturation typiques qui indiquent une action dynamique appliquée sur des os frais non fossiles. La diagnose : angle du bord de fracture oblique, profil général de la fracture courbe, surface de fracture lisse, présence de points d'impacts, indique une percussion sur les os longs pour en prélever la moelle. Ces actions peuvent être attribuées à l'homme. Plusieurs stries de découpes ont été observées sur quelques fragments osseux, stigmates laissés par le fil d'un objet lithique... Des ossements ayant subi un passage plus ou moins prolongé à la flamme indiquent la présence très probable d'une structure de combustion. En conclusion les grands mammifères de Mutzig 7 ont été amenés par l'Homme sur le site et ont fait l'objet d'un traitement à but alimentaire visant à récupérer la viande et la moelle. La présence d'os brûlés traduit soit un passage au feu de quartiers de viande, soit un rejet des déchets de boucherie dans un foyer, soit l'utilisation en tant que combustible. Dans ce contexte, la présence du loup n'est pas interprétée avec certitude, il semble ne pasz avoir joué de rôle dans l'origine de l'assemblage osseux. Faune dénombrée (étude Patrick Auguste, IPH) : le mammouth, le cheval, le renne, le bison des steppes, le cerf élaphe, le loup, un ongulé herbivore artiodactyle (sanglier ?). Cette faune est typée et semble homogène et représentative d'une faune de milieu découvert de type steppique, avec zones boisées. Le climat était probablement plus froid et plus continental que l'actuel et correspondait à un paysage périglaciaire lors d'une phase glaciaire. L'age soit Pléistocène moyen soit supérieur est possible. Par analogie avec les sondages de Mutzig 1 - 1992, la faune ne se différenciant pas des autres sites du gisement, un age Pléistocène supérieur peut être retenu, avec une forte probabilité pour la phase pléniglaciaire du Weichsélien ancien (stade isotopique 4 ?).

CS@