CS@
Néandertal en AlsaceVosges
Historique 2

Historique 2
Géologie, Neandertal en Alsace, Station de Mutzig, Station de Nideck, Infos, Fond écran,
Homepage, Choix, Introduction, Sommaire, Film, Dna, Publications, Liens, Livre d'Or, E-mail



Johann-Karl Fuhlrott: le découvreur du crâne de l'homme fossile de Néandertal (1865)

Johann-Karl Fuhlrott, né le 31 décembre 1803 à Leinefelde en Thuringe, décédé le 17 octobre 1877 à Elberfeld était un naturaliste allemand. En 1835, il fut reçu docteur à l'université de Tübingen et reçut en 1862 le titre de professeur. Il fut l'un des pionniers de la paléoanthropologie.

En 1856, on lui présenta des ossements découverts dans une grotte de la vallée de Neandertal, près de Düsseldorf. Il reconnut dans ces vestiges ceux d'un homme ancien. Il s'agissait du squelette qui servirait à reconnaître et définir l'Homme de Néandertal. Le propriétaire d'une carrière lui ayant remis des os aux arêtes inhabituellement volumineuses et aux attaches de muscles extrêmement vigoureuses, Fuhlrott attribua tout de suite ces caractères à un individu « des temps préhistoriques », et cela deux ans avant le livre retentissant de Charles Darwin sur L'origine des espèces! Quand il proposa son interprétation en 1857, dans une réunion de naturalistes, il ne fut pas pris au sérieux et se découragea complètement. Il conclut son premier rapport en écrivant qu'il se résignait à devoir abandonner toute idée de faire partager son opinion. Deux professeurs de l'Université de Bonn, l'anatomiste Franz Josef Mayer et l'anthropologue Hermann Schaaffhausen ont fait partie des lecteurs de l'article de journal de Fuhlrott et lui ont demandé de leur laisser la découverte pour l'étudier. Schaaffhausen faits un rapport pour la première fois le 4 février 1857 dans une réunion scientifique rhénane. Le professeur F. J. Mayer ayant étudié les vestiges osseux a constaté des dépôts dendritiques manganèsifères sur les os : celà indiquait un âge élevé! Fuhlrott a laissé les fossiles au jeune professeur Schaaffhausen qui les a comparé à différentes découvertes néolithiques en provenance du Mecklenbourg, sans résultats... Le destin de Fuhlrott fit que jusqu'à la fin de sa vie aucun scientifique allemand estimé n'eut le courage de reconnaître l'âge effectif d'environ 50.000 ans de ses découvertes de grande importance! Le scientifique et célèbre médecin Rudolf Virchow, déclara encore peu avant le décès de Fuhlrott qu'il s'agissait là d'os d'un homme moderne malade de rachitisme! La réalité est bien plus tragique : on n'a pas en fait osé à cette époque en Allemagne une interprétation qui aurait remise radicalement en cause et en question l'enseignement ecclésiastique qui prédominait, y compris l'ordre social prétendument voulu par Dieu...

Après la première découverte de Néandertal, il y eut encore des découvertes similaires dans d'autres pays européens dans les décennies qui suivirent. Il est ainsi devenu presque impossible de simplement classer les os sur la base de malformations occasionnelles. On a toutefois encore dit de Néandertal qu'il était de nature stupide... Cette image a été marquée de façon pertinente par le préhistorien français Marcellin Boule qui a présenté entre 1911 et 1913 trois travaux importants publiés présentant les néandertaliens en tant que singes primitifs. Ses travaux ont eu un poids si grand qu'ils ont marqué de façon décisive les représentations simiesques qu'on connait des hommes de Néandertal. Ce n'est qu'à partir du milieu du XX Siècle que s'est modifiée lentement l'image qu'on avait de Néandertal, grâce à deux anatomistes William Staus und A.J.E. Cave qui ont donné cette image nouvelle de Néandertal à partir du squelette de néandertalien étudié par Boule! Les résultats furent surprenants... Le squelette était celui d'un homme très âgé souffrant d'arthrose. Si on prend en considération cela, il ressort une toute autre image des néandertaliens. Une nouvelle explication devait voir le jour visant à accepter les néandertaliens comme membres primitifs de l'humanité... Ainsi, les néandertaliens étaient certes en comparaison à l'homme moderne légèrement plus petits et plus forts, mais pour l'essentiels nous ressemblaient fortement, plutôt qu'au singe. Avec un front fuyant et d'avantage de menton, un cerveau légèrement plus grand que le nôtre et une puissante musculature, le néandertalien était de petite stature. Néandertal est aujourd'hui devenu objet de nombreuse études. On le traite enfin sérieusement comme espèce humaine et on ne le reconnait plus comme inférieur à l'Homme moderne. Il est passé du statut de sous-homme = sous-espèce, au statut d'hominidé différencié. Il est ainsi reconnu comme espèce humaine différente de la notre : c'est Homo neanderthalensis! L'appellation "Homo sapiens neanderthalensis" rejoint donc aujourd'hui le panier percé des aberrations de la science archéologique balbutiante de la fin du XIX Siècle.

CS@