CS@
Entre Alsace et Vosges

Géologie du val de Bruche 5

Géologie, Neandertal en Alsace, Station de Mutzig, Station de Nideck, Infos, Fond écran,
Homepage, Choix, Introduction, Sommaire, Film, Dna, Publications, Liens, Livre d'Or, E-mail


Secteur du Massif du Champ-du-Feu Sud (1100 m)

Charasses (600 m), Bourg-Bruche - Saales ; (secteur C, croquis)

Clichés : (1) Bellefosse, Col de la Perheux, (2) Belmont, la Serva.

Le massif du Champ-du-Feu arbore une structure de type batholite (venue granitique formant une ellipse circonscrite) et est formé de granites mis en place au Carbonifère (-345, -280 millions d'années). Il borde la vallée de la Bruche dans sa partie intramontagnarde depuis l'Est d'Urmatt (Grendelbruch, Champ-du-Feu Nord), jusqu'à Saint-Blaise-la-Roche. Il est limité à l'Ouest par le Dévonien bruchois (secteur B) et les grès triasiques qui le surmontent (secteur D), au Sud-ouest par les séries granitiques de Senones, et est bordé au Sud par le val de Villé et les schistes et phyllades (11) de Steige-Villé (secteur A). Le domaine du Champ-du-Feu est formé de 9 bandes parallèles à l'axe de la vallée de la Bruche, d'orientation Sud-ouest - Nord-est, constituées de venues granitiques successives et de leur cortège de roches associées : granodiorites, diorites, granites à deux micas, saccharoïdes, à biotite, à enclaves, de faciès microdioritique, granites porphyroïdes, hyperacides, microgranites... On y trouve aussi pour la "Bande médiane" du Champ-du-Feu, des lambeaux de roches dévoniennes (Château de la Roche) et des roches de métamorphisme de contact (cornéennes, schistes métamorphiques), au niveau de l'auréole des séries siluriennes entre Andlau et Steige. Les altitudes dépassent encore 1000 m dans le massif granitique, ce qui lui confère le titre de sommet des Vosges moyennes du val de Bruche.

Aux temps hercyniens du Carbonifère, à la fin de l'époque du Viséen (-335, -325 millions d'années), d'importantes déformations tectoniques se font sentir (phase de l'orogenèse sudète) et engendrent un fort plissement des formations géologiques siluriennes (schistes) et dévoniennes (terrains volcanosédimentaires). Ces déformations se traduisent par des mouvements et chevauchements tectoniques qui amènent en affleurement à la surface des diorites, granodiorites et granites. Ces séries parallèles ont été percées par la venue du petit massif intrusif, d'allure circulaire, du granite de Natzwiller (N sur la carte)à l'époque carbonifère du Westphalien (-315, -290 millions d'années). La bande du granite du Kagenfels (K sur la carte), d'orientation Est - Ouest, la venue la plus tardive, est venue recouper les séries précédentes à l'époque carbonifère du Stéphanien (-290, -280 millions d'années).

Pour se faire une bonne idée de la topographie de ces venues granitiques (granite du Champ-du-Feu Nord sur une ligne Bellefosse-Belmont ; granodiorite de Waldersbach-la Perheux), le randonneur ira jusqu'aux ruines du Château de la Roche dont les restes du donjon surmontent une grande roche volcanique dévonienne de la "Bande médiane" faisant saillie. Elle est accessible par une échelle raide rénovée par le C.V. Au sommet de la roche, le point de vue exceptionnel découvre un vaste panorama circulaire sur le val de Bruche. En arrière plan et perpendiculairement à l'observateur et du Sud vers le Nord : le Climont, le bassin de Saint-Dié, le Col du Hantz (échancrure bien visible), la Côte de Plaine, le Donon au loin. A l'avant plan on voit en contrebas la ferme de Bas-Lachamp où l'on élève des bisons, Bellefosse et les villages vis-à-vis de l'autre côté du Ruisseau de Schirgoutte : derrière Waldersbach, le Mont Saint-Jean (749,5 m) et le Col de la Perheux (699 m), et plus haut, Belmont et la Serva (994 m). On verra aussi depuis ce superbe point de vue, la langue glaciaire qui descend à gauche du Château de la Roche, pour venir au pied de la ferme de Bas-Lachamp. Observant le sommet dénudé et aplani de la Boucherie (710 m), chaume arrondie face à vous, vous percevrez alors cette force colossale qu'il aura fallu au glacier épais de 20 à 50m installé pendant la période de Würm dans ce versant concave, pour venir arracher et abraser ce secteur compris entre Bas-Lachamp à la Boucherie.

Secteur du Climont (966 m)

Grand et Petit Alhan, Voyemont (791m), Houssot, Sapin Dessus, Solamont (835m), Houdimont (817m), Roitelet (854m), Côte de Plaine (882m), Chatte Pendue (899m), Tête Pelée (857 m) et vers Salm et le Donon ; (secteur D, croquis)



Clichés: Croquis géologique secteur du Climont, (3) Le Climont en aquarelle, (4, 5) Climont vu depuis les Hauts Bois (près Carbonnière),

Les terrains gréseux constituent la troisième grande unité géologique dominant altitudinalement le secteur Ouest de l'espace haut valléen. Ils forment un grand arc de cercle continu (crêtes et chaumes à l'Ouest) relayé par des reliefs résiduels (12) ou " buttes témoins " d'une couverture jadis plus vaste (Grand Côte de Plaine, Solamont, Voyemont et Climont au Sud). Le Climont est un relief résiduel à la géométrie très attractive, massif gréseux au sommet tabulaire et aux pentes d'une symétrie parfaite d'où lui vient sans doute son nom latin "Clivius Mons" = Cli-mont : la montagne pentue ou plutôt la montagne aux pentes égales ? Ces séries sédimentaires entourent les terrains dévoniens volcanosédimentaires affleurant "en fenêtre", à la faveur de l'entaille de la Bruche. Les terrains du socle Dévonien s'ennoient (13) sous les formations gréseuses, pour réapparaître plus au Sud-ouest, dans le triangle formé par Senones, Moyenmoutier, Denipaire (vallée du Rabodeau). La couverture des grès permiens et triasiques s'épaissit considérablement vers l'Ouest et le Nord-ouest du Secteur pour présenter une succession de reliefs aux sommets tabulaires et versants pentagonaux caractéristiques des grès.

CS@