CS@
Entre Alsace et Vosges

Géologie du val de Bruche 3

Géologie, Neandertal en Alsace, Station de Mutzig, Station de Nideck, Infos, Fond écran,
Homepage, Choix, Introduction, Sommaire, Film, Dna, Publications, Liens, Livre d'Or, E-mail


Hersbach: carrières Douvier-Wenger, carrières de Trapp

Clichés : Carrières Wenger-Douvier à Hersbach, dans les schistes, schistes phtanitiques, grauwackes, arkoses du Dévonien (Frasnien, Houiller) de Schirmeck.

Les carrières de schistes et arkoses, grauwackes de Hersbach font partie de la couverture du Paléozoïque bruchois, épaisse, et constituée principalement à l'ouest du val de Bruche, par des dépôts volcaniques du Givétien à Schirmeck (château) ; volcano-sédimentaires du Dévonien et Dinantien (schistes, grauwackes) à Schirmeck, Barembach, Russ ; formations volcano-sédimentaires du Viséen à Wisches, Lutzelhouse (schistes, grauwackes). Dans ces dernières séries dévono-dinantiennes et viséennes, la sédimentation présente le "faciès Culm" détritique de démolition d'une cordillère en voie de surrection. Les deux carrières ont été principalement exploitées pour leur schistes et arkoses (carr. Wenger), et arkoses et grauwackes (carr. Douvier).

(1, 2, 3) Caractéristiques lithologiques du gisement des schistes et arkoses de la carrière Wenger :
On y observe: des affleurements de schistes noirs du Frasnien (Dévonien supérieur), charbonneux graphiteux, pyriteux, affleurent dans la partie ouest de la carrière. Ils se débitent en petites plaquettes. Ils ont fourni les restes fossilisés d'une riche faune marine ainsi qu'une flore datée du Frasnien ; des schistes gris foncés à laminites et nodules en bancs décimétriques (30 m) surmontant les schistes noirs. Ils se débitent en petits blocs de 10 cm. Ils sont en intercalations avec des bancs d'arkoses grises sombres vers le sommet ; des phtanites sombres (70 m) en formation homogène de petits bancs centimétriques. Cassure sombre et litage rare, patine brun-rouge. Ils se débitent en plaquettes et petits blocs ; des arkoses grises à tendance grauwackeuse et phtanites sombres se présentent en bancs décimétriques à métriques massifs fracturés. Leur cassure est grise. Les surfaces sont psammitiques (à micas blancs). Ces séries sont intercalées de schistes et phtanites sombres à patine rouge.

Caractéristiques lithologiques du gisement d'arkoses grauwackeuses et phtanites verts (carr. Douvier) :
On y observe : des arkoses massives en bancs métriques. Cassure gris clair devenant rose par l'altération, en intercalations de pélites et phtanites à cassure gris-brun et vert olive, à patine brune. Cette série est séparée des arkoses par une faille Est-Ouest. Elle comprend des faciès variés : brèches sédimentaire (à éléments anguleux), conglomérats à phtanites et tufs, grauwackes gris-bleu à verts, jaspes verts, phtanites verts à laminites, schistes siliceux.

Tectonique :
Les séries des deux carrières sont séparées par une faille complexe, marquée par de nombreux miroirs de failles striés (déplacements) bien visibles.
Une faille traverse la carrière Douvier et sépare les arkoses des phtanites.
Utilisation des matériaux :
Les matériaux produits : blocs, remblais, graviers, sables sont triés et déposés en divers tas fonction du concassage. La dureté des blocs (entre 16 et 21) permet de les utiliser comme ballasts dans le domaine ferroviaire (SNCF). La production annuelle de ballast pour la SNCF était de 57000 tonnes/an en 1992.
Carrière de Schwartzbach :
Un rapide tour de cette carrière abandonnée nous a permis de constater les mêmes séries qu'à Hersbach, d'arkoses et grauwackes en bancs cependant beaucoup plus massifs et injectés et métamorphisés par des venues de granites filoniens (microgranites rouges) indiquant des failles apparentes.

Parcourir le secteur à pieds :
En randonnée, au départ de Rothau, on traversera de telles formations dévoniennes de roches sombres très dures (grands d sur la carte). Il suffira de taper deux pierres entre elles pour s'en rendre compte : dureté à toute épreuve ! et odeur de brûlé. En se rendant par les chemins à Fouday et Plaine, par les Bois de La Broque, les Quelles, le Banbois, ou venant par le Pont des Bas entre Fouday et Rothau, on grimpera au Nid des Oiseaux jusqu'au sommet ! De beaux blocs de ces roches hypersiliceuses (spilites - kératophyres marron foncé) peuvent y être prélevés par l'amateur. De Rothau, passer par les chemins balisés triangle jaune ou croix bleue jusqu'aux Quelles, puis suivre la croix bleue jusqu'au Bambois et plus loin jusqu'au VVF de Plaine. Passer ensuite sur le sentier rond rouge vers Diespach, puis au choix : rond rouge jusqu'à Devant Fouday (chemin direct) ou cercle rouge du circuit du tour de la Côte du Cerisier - retour Diespach. Vous verrez alors un des secteurs les plus sauvages de la haute vallée de la Bruche ou l'inspiration à la randonnée vous conduira à travers ces plateaux volcaniques et volcanosédimentaires, en sous-bois, traversant des clairières et croisant des hameaux et fermes, traversant des vallons depuis lesquels les points de repères omniprésents de la haute vallée (Champ-du-Feu, Climont, Côte de Plaine) s'estompent au profit de secteurs valléens forestiers isolés où le charme opère... Depuis la gare de Fouday, prendre le Chemin de la Folie, circuit non balisé qui rejoint Rothau en longeant la Bruche jusqu'au Pont des Bas. Vous y admirerez des affleurements très différenciés de couleur vert-bleuté à cendreux et rose-orangé, particulièrement spectaculaires, peu après la gare de Fouday, au niveau du pont de chemin de fer traversant la Bruche : ce sont de filons de quelques mètres de largeur de microgranites et microdiorites, en intrusion dans les radiolarites, schistes siliceux, schistes et grauwackes du Dévonien du val de Bruche.

CS@